Afterwork : Paris le soir en noir et blanc

La journée de travail terminée,

les rues de Paris s’animent d’une manière toute particulière. Le stress de la journée de travail diminue mais au moment de rentrer chez soi,  il peut faire place au stress de la rue, bruyante, mouvementée, remplie de piétons pressés, de vélos, de voitures.

After work : Paris le soir en noir et blanc

Les piétons traversent la rue pour rentrer après une journée de travail

Le passage piétons, quelques lignes blanches sur le sol. Espace de sécurité toute relative traversé par des piétons pressés par le temps et par l’angoissant rugissement des moteurs de voitures prêtes à démarrer en trombe dès que le feu leur donnera le signal de départ…

After work : Paris le soir en noir et blanc

Le passage piétons

After work : Paris le soir en noir et blanc

Le passage piétons usé par le passage incessant des voitures et des passants

Retrouver des amis à la terrasse d’un café, se poser un instant sur un banc, attendre le bus ou un ami, acheter le pain, faire quelques courses, rentrer chez soi. Après une journée de travail, les visages se détendent pour certains, le stress du bureau reste gravé sur le visage des autres.

After work : Paris le soir en noir et blanc

Assis sur un banc, il réfléchit à la direction qu’il prendra pour rentrer chez lui ce soir

After work : Paris le soir en noir et blanc

Donner rendez-vous, attendre. Accoudée à une bouche de métro, elle envoie un message

Après une journée de travail, on se retrouve aussi entre amis aux terrasses des cafés. On se raconte sa journée…

After work : Paris le soir en noir et blanc

Assis à la terrasse d’un café entre amis, on débriefe la journée de travail. Exorcisme moderne.

…on organise sa soirée, assis sur un bout de bêton…

After work : Paris le soir en noir et blanc

Il y a le rendez-vous des copains. On se raconte sa journée, on organise sa soirée

On se retrouve dans la rue commerçante en famille, quelques courses pour préparer le dîner.

After work : Paris le soir en noir et blanc

Après une journée de travail, quelques courses en famille dans la rue commerçante

Le photographe :
C’est avec mon vieux Rolleiflex de 1936 (un Rolleiflex Standard 6×6 K2 Model 622) dans la main que j’ai réalisé ces photos en noir et blanc. Simple, discret, cet appareil photo me donne la sensation de faire un bond dans le passé dès que je plonge mon regard dans son viseur. L’objectif a vieilli, sa teinte est loin de la précision chirurgicale des objectifs modernes mais son rendu, parfois aléatoire, ajoute une sensation toute particulière aux photographies. Comme si la ville n’avait pas changée ces 80 dernières années…

Rolleiflex Standard 6x6 K2 Model 622

C’est équipé de mon vieux Rolleiflex de 1936 que j’ai réalisé ces photographies

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Paris le soir en noir et blanc, les étales des commerçants dans la rue
%d blogueurs aiment cette page :